Friday, December 30, 2011

Stuck in Customs

Family research is like panning for gold, lots of time hunched over, not knowing when you might find a nugget. Some of my finds lately have come from unlikely sources. The latest gem was from eBay. I stumbled upon a document written to my ancestor Louis de Bürenwho was at the time the governor of Lausanne, by a local merchant who had leather goods held up in Aosta. He needed Louis' help in getting them released, which Louis did on June 6th, 1795.

The text of the document in French:

Très Noble, Magnifique et Très Honoré Seigneur Baillif

Jean Jacques Mercier, négociant de cette ville, fidèle sujet de l’etat, et très obéissant serviteur de votre magnifique seigneurie, prend la liberté de lui exposer avec un profond respect.

Qu’ayant fait une emplette de cuir en poil de Genès, qui sont actuellement en route dès la cité d’Aost [Aosta], au nombre de cent pièces, lesquelles lui auraient d’abord été arrêtées aud(it) Aost, la sortie de ces cuirs pour ce canton lui a été permise, par le bureau général des royales gabelles de Turin, le 24e mai dernier, moyenant l’engagement qu’il a pris sous caution, que dans le terme d’un mois il ferait entrer dans ce duché d’Aost la même quantité de cuirs fabriqués en Suisse. 

L’humble exposant est dans l’intention de faire partir le plustot possible, à tant moien de son engagement, si votre magnifique seigneurie a la bonté de le lui permettre, la quantité de trente cuirs pour le susdit duché.

C'est cette permission qu'il sollicite humblement de votre magnifique seignuerie, en se 
répaer dans en voeux pour sa précieuse conservation.

Nous permetton la sortye des trents cuirs cy nommes. Au Château de Lausanne, le 6 Juin, 1795. de Büren Baillif.


A great find to put it mildly. What I love most is the language. The first line after the salutation is the most memorable. "Jean Jacques Mercier, local businessman, faithful subject of the state, and very lawful servant of your magnificent lordship, with profound respect takes the liberty to present himself." Not exactly Dear Sir.


 Louis de Büren's signature

The de Büren family seal used to certify the release.


1 comment:

  1. Love that letter! The intro says it all, hands down. Nothing like a bit of groveling to ask for something nicely. :-)

    ReplyDelete

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...